Une invitation au voyage pour mon centième billet

Pour fêter mon centième billet ainsi que ma trentième année, je vous emmène en voyage…au Salon de la Moto de Cagnes-sur-Mer qui s’est déroulé le week-end dernier !

Vous ne vous attendiez certainement pas à cela, mais comme je n’ai pas gagné les 130 millions de la précédente cagnotte du loto ben faudra faire avec.

Cette année comme deux ans auparavant, j’ai tenu avec mes ptits camarades la consigne de casques au profit de l’antenne 06 de la FFMC.

Le temps pas franchement terrible faisant, j’ai profité de la faible fréquentation pour prendre le temps de faire un tour du salon.

Je vais vous épargner ce qui pourrait se résumer par « le tour des concessionnaires » pour vous parler plutôt de deux choses en particulier qui ont fait que j’ai apprécié cette édition 2013 du Salon de la Moto de Cagnes.

La première c’est sur le stand Shoei, présent tous les ans afin d’assurer l’entretien et les réparations éventuelles des casques de leurs clients. Comme je fais parti de ces fameux clients et que j’ai un soucis depuis le début avec la visière (voir mon billet sur le test du XR1100), j’explique mon problème de sifflements et de pinlock au technicien.

Après m’avoir changé le système de fixations et fais quelques réglages, il m’assure que je n’aurai plus ni sifflements ni buée.
Je confirme, je suis rentré du salon sous la flotte visière fermée et je n’ai constaté ni l’un ni l’autre. Hourra, merci msieur Shoei !

La deuxième chose sympa sur ce salon, c’était la possibilité d’essayer pas mal de motos que ça soit chez Ducat, Kawa, BM ou Yam.

Moi qui ai justement dans l’idée de changer prochainement de bécane pour un gros trail, c’était l’occasion d’aller voir de plus près les dernières BMW, KTM ou même la Yam que j’avais déjà repéré l’année dernière.

Ah la voici, la nouvelle BMW GS. Moi qui déteste la tronche de traviole des GS, j’avoue que celle-ci est plutôt réussie.

Oui mébon, le ticket d’entrée picote pis surtout, faut passer par la case options pour avoir quelque chose de vraiment sympa. Du coup le prix devient vite indécent.
De toute façon vu les campagnes de rappel sur ce modèle, c’est pas plus mal comme ça. Ça me ferait chier d’être beta-testeur après avoir signé un chèquos de plus de 15000€…

Et KTM ? Oui ya bien l’Adventure en effet. Parait que son moteur est génial :-).

Ach nein impossible ! J’ai oublié de vous mentionner que dans mon cahier des charges,  le cardan est obligatoire.

Hmmm cardan, moteur sympa…le Tigre de Triumph ?

Non, j’aime vraiment pas sa tronche de libellule. Les goûts et les couleurs…toussa toussa…

On y arrive. La voici, ma Super Ténéré 1200 !

Oui je la trouve jolie, oui j’aime les bi-cylindres, oui elle a un cardan, oui elle est confortable. Comment ça elle pèse un âne mort ?

Comme Monsieur Yamaha la propose à l’essai et que visiblement les autres visiteurs préfèrent la R1, autant vérifier tout ça sur les routes viroleuses du coin que je connais si bien ;-).

Je me fais donc accompagner d’un Monsieur Yam qui voulait justement se dégourdir les roues. Sympa le gars, il me dit: « pars devant et vas au rythme que tu veux ». Ok, bien enregistré !

Vu le papier que j’ai signé avant de prendre les clés, je vais quand même essayer de la ramener en une seule pièce.

La toute première sensation en s’installant à son bord c’est qu’effectivement, c’est lourd !

La deuxième sensation viendra dès les premiers mètres et sera complètement opposée, comme si j’avais eu un passager invisible qui était descendu en marche. Un vrai vélo !

Le reste de l’essai sera que du bonheur. Le moteur est d’une souplesse incroyable et coupleux comme il se doit, bien que j’aurais imaginé ça un peu plus pêchu surtout en mode « sport » (il y a deux cartographies modifiables à tout moment). Agréable surprise, le cardan se fait complètement oublier car je n’ai pu constater aucun à-coups lié à ce type de transmission.

Question freinage, sans être exceptionnel, ça fait le boulot tout à fait honorablement.

Mais ce qui m’a le plus impressionné c’est le travail des suspensions. J’ai fais exprès de manger tous les trous et ralentisseurs, la moto a tout encaissé sans broncher et sans malmener son « pilote ».

La balade n’aura duré qu’une petite demi-heure, mais j’en suis rentré avec le sourire et surtout la conviction que ça serait ma prochaine bécane. Vu la décote que j’ai pu constater sur les sites de petites annonces, je pense que je devrais m’en trouver une avec pas trop de bornes pour un prix abordable.

Sinon je peux toujours me rabattre sur cette belle New-Map OHV3 de 1929 avec son moteur de 350cm3 culbuté. Elle n’attendait qu’un motard aventurier comme moi !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :