Test du casque Shoei XR1100 Pious TC-5

En remplacement de mon bon vieux X-lite, j’ai opté pour le XR1100 (Pious TC-5) de chez Shoei.

Pratiquant quotidiennement un mix entre autoroute et réseau secondaire, les critères déterminant dans le choix de mon nouveau casque étaient l’insonorisation, le poids et un système de ventilation efficace. La présence d’un Pinlock pour lutter contre la buée était un plus.

Le XR1100 semblait sur le papier remplir toutes ces conditions:

– Un nouvel écran CW-1 sensé être plus hermétique grâce notamment à l’utilisation d’un joint d’écran à double étanchéité.
– Un Pinlock anti-buée avec un champs de vision élargi de 30% par rapport au modèle précédent.
– Un poids contenu de 1450G par l’utilisation de la fibre de verre (coque en AIM et fibre de verre multi-couches).
– Un système de ventilation amélioré grâce à des entrées d’air sur le menton et sur le front pour un apport d’air frais. Deux extracteurs d’air à l’arrière du casque sont là pour évacuer l’air humide et utilisé.

Après un mois d’utilisation, voyons un peu si j’ai vraiment fais le bon choix !

Au niveau du bruit, le calme règne à bord. Le calme oui, mais avec de légers sifflements assez désagréables y compris avec les aérations fermées.
En fait je me suis rendu compte au bout de quelques jours qu’il suffisait d’appuyer un peu sur la visière pour bien la plaquer contre le joint et éliminer ainsi ces sifflements. Pas vraiment pratique car pour peu que les gants soient un peu sales, ça laisse des traces sur la visière.

La visière parlons-en justement. Le système de verrouillage est bien conçu et permet facilement de retirer ou de remettre en place la visière. Par contre la manipulation de la visière une fois en place sur le casque est vraiment à chier: l’ergot d’ouverture est excentré sur la gauche, ce qui complique sa saisie.
Puis une fois que vous l’avez au bout des doigts, il faut forcer pour soulever la visière. C’est à cause du système cranté qui permet certes de garder la visière en place à haute vitesse ou en cas de crash, mais au détriment d’une certaine progressivité dans son ouverture ou sa fermeture. Sur ce point, je préférais le système de mon X-lite où l’ergot était positionné au milieu et où je n’avais pas besoin de forcer comme un bœuf pour ouvrir un peu ma visière.

Je ne suis pas non plus satisfait du Pinlock. J’ai essayé tous les réglages possibles, mais rien n’y fait. En cette période, la buée s’installe inexorablement au bout de quelques minutes si je laisse les systèmes de ventilations fermés.

Ça me permet de vous dire que les ventilations sont quant à elles très efficaces ! Avec la fraîcheur matinale, j’ai d’ailleurs eu vite fait de fermer les entrées d’air supérieures. J’attendrai que ça se réchauffe un peu avant de songer à les réouvrir…

En ce qui concerne le confort général, les mousses ne sont pas aussi agréables au toucher que sur mon X-lite mais le casque reste agréable à porter. La présence d’une bavette anti-remous est un point appréciable sur autoroute. Par contre j’ai des doutes quant à sa longévité car à force d’enfiler et de retirer le casque plusieurs fois par jour, je pense qu’elle va rapidement se détendre.

Au final et malgré quelques points un peu énervants, je suis globalement satisfait de ce casque. Léger et bien ventilé, c’est surtout son insonorisation que je trouve efficace.

A noter que si la décoration du Pious TC-5 ne vous plaît pas, vous pourrez choisir n’importe quel autre modèle de la gamme 2012 des XR1100. Il n’y a en effet que la décoration qui va faire varier les casques de cette gamme.

3 thoughts on “Test du casque Shoei XR1100 Pious TC-5

  1. Ce casque est très jolie, vraiment.

    Après, il ne s’agit pas d’un casque touring, mais d’un casque sportif. Donc forcément, niveau silence, on fait mieux.

    Niveau densité et qualité de touché des mousses, c’est vrai, shoei est depuis toujours moins bien armé que d’autres (Araï par exemple). L’intéret c’est que l’été, le casque donne moins chaud je trouve, et que l’on se sent moins confiné (plus de bruit, mais surtout moins de coupure du monde extérieur…). Sans oublier ces mousses sont extraimement solide et résistent au temps.

    Parlons maintenant de la visière anti buée. Pour moi qui l’utilise depuis longtemps (j’ai commencé sur un XR1000), c’est le meilleur système proposé. Est tu certain que la seconde visière est bien en place? non parceque pour moi jaimais aucune fuite, donc aucune buée dans la partie protégée… De tout façon quand on a un filet anti remous, il est conseillé d’ouvrir un peu l’aération de « bouche », simplement pour permettre à l’air extérieur de vous ravitailler en O2… Vous aurez le même problème de buee en voiture si vous mettez le chauffage avec le cycle d’air fermé…

    Le sytème d’ouverture à gauche il faut s’abituer, tout comme la dent crantée. Celle-ci a d’ailleur un intéret. Avec l’usure, certains système posent un problème, ils se referme en roulant, à la moindre petite bosse sur la route. Avec une roue crantée, vous n’aurez pas ce problème et pourrez, l’été par exemple ouvrir le casque au premier cran et rouler avec un peu d’air…

    Le tarif des Shoei de cette gamme est abordable par rapport à la qualité eet à la finition.

    Dernière chose, n’oubliez pas qu’il y a des têtes à Shoei, des tête à shark, des têtes à Arai, à AGV… Donc ne vous arrètez pas à l’esthétique. (moi perso, les shoei me font des marques dans les cheveux (à acause des boudin de mousse) alors que les Arai non…

    En tout cas merci pour ton analyse!

  2. Pingback: Une invitation au voyage pour mon centième billet - .fr

  3. Bonjour,

    Concernant un ancien article sur le casque XR1100.
    Le pinlock se règle via 2 « picots » avec une clée plate en serrant
    légèrement à l’intérieur de la visière (pour coller le pinlock
    à la visière)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :